Le premier syndicat combatif de Paris

Suivez-nous

twitterfacebookrss

Tous les champs sont obligatoires

Pour rejoindre le site national du SNMKR et le SNBlog SNMKR

SNMKRPour rejoindre l'interface régionale d'Ile de France

Transmission des ordonnances et dispositif SCOR : Où en sommes-nous ?

En janvier 2014, le SNMKR75 s’indignait du procès d’intention fait aux masseur-kinésithérapeutes et s’opposait fermement au protocole de transmission des ordonnances imposé par les caisses d’assurance maladie, protocole qui nie la charge administrative qui parasite déjà les kinésithérapeutes libéraux en les contraignant à toujours plus ! 

Vos représentants avaient alors obtenu qu’un moratoire soit respecté dans l’attente de la mise en place du dispositif SCOR, dispositif visant une dématérialisation totale des prescriptions (l’ordonnance médicale qui aura été scannée par le kinésithérapeute sera rapprochée via les logiciels informatiques du lot facturé et télétransmise à chaque facturation).
Lors de la dernière Commission socio-professionnelle départementale (commission regroupant vos représentants locaux et ceux de la CPAM de Paris) qui s’est déroulée le mardi 8 Avril 2014, la caisse nous a informés qu’après une période d’expérimentation raccourcie du dispositif SCOR, ce dernier était en application au niveau national depuis la veille, soit le lundi 7 avril 2014.
Ce dispositif marquant une avancée vers la simplification administrative que nous réclamons tant, vos représentants se sont tout d’abord réjouis de cette information, avant la douche froide ! Certes le dispositif est appliqué au niveau national, mais seule une partie minoritaire des éditeurs ont pour l’instant l’agrément. Selon les termes de la CPAM de Paris, les autres éditeurs devraient l’obtenir d’ici la fin du deuxième trimestre 2014. Ce qui pose un problème fort de disparité entre praticiens !
En effet la caisse de Paris en a profité pour nous signifier la reprise du protocole de transmission des ordonnances durant cette période de normalisation des agréments, opposant une fin de non-recevoir catégorique à notre demande de prolongement du moratoire obtenu en janvier 2014. Le vernis d’une avancée pour un inquiétant et net recul en d’autres termes !!
 
En pratique :
 
Les chanceux :
 
Les kinésithérapeutes possédant les logiciels VEGA, KINE+4000, KINE PRATIK et quelques autres ont la possibilité de dématérialiser les ordonnances grâce au dispositif SCOR. Après une période de 90 jours, et sous réserve d’atteindre le taux d’exploitation des pièces requises (taux par ailleurs non communiqué par la CPAM de Paris), les utilisateurs toucheront la bien maigre aide pérenne de 90€ prévue par l’avenant 4 que le SNMKR et OK ont toujours refusé de signer !
Une campagne d’information émanant de la CPAM de PARIS doit voir prochainement le jour et visera, selon la caisse de Paris, tous les masseur-kinésithérapeutes parisiens.
 
Les biens moins chanceux :
 
Les kinésithérapeutes possédant un autre logiciel que ceux précédemment cités, ne peuvent actuellement pas dématérialiser les prescriptions mais doivent au contraire recourir à l’envoi des ordonnances de manière mensuelle, envoi assorti d’un bordereau récapitulatif imprimé par le kinésithérapeute qui se voit alors dans l’obligation de trier par régime les ordonnances, de les classer dans des enveloppes différentes, et ce toutes les fins de mois et à ses frais ! 
En résumé, l’équité professionnelle selon la CPAM !
 
Mais ce n’est pas tout !
Utilisant des mots injustes et déplacés, la représentante de la caisse de Paris en charge de ce dossier annonçait que pour les « kinésithérapeutes déviants » (comprendre par ces mots, kinésithérapeutes qui n’envoient pas les pièces justificatives), la caisse de Paris avait déjà prévu des sanctions visant à les faire sortir de l’OGE (Ordonnancement Global Explicite), qui permet actuellement aux kinésithérapeutes d’être payés lors des facturations par télétransmission, le rapprochement des pièces justificatives se faisant ultérieurement. Les kinésithérapeutes sanctionnés serait alors dans l’obligation de transmettre les dites pièces justificatives pour pouvoir espérer être payés par la caisse. Un nouveau pas en arrière !
 
Pour que notre profession cesse d’être traitée avec mépris, 
Pour que le dispositif SCOR soit réellement une avancée en étant équitable pour tous, 
Pour que vous puissiez pratiquer votre métier avec fierté et conviction,
 
REJOIGNEZ-NOUS !!